Archives de
Mois : décembre 2016

En 2017 : exprimons-nous !

En 2017 : exprimons-nous !

2016 fut une année très riche en chamboulement idéologique.

De la poignée d’occupant des places publiques Françaises refusant l’appropriation de l’expression populaire par les partis politiques à la remise en question des médias quant à leurs incapacités d’analyses et prévisions , cette année marque, à mon avis , un tournant majeur de notre société .

Telle la toupie stoppée dans Inception (désolé pour le spoil 🙂 ),  le mouvement Nuit Debout a immiscé l’idée qu’une autre organisation de notre société est possible.  Il ne faut pas, bien-sur s’arrêter à la forme du mouvement raillé par les médias, mais la portée symbolique d’un tel mouvement, jamais vu depuis mai 68 .

Personnellement, grâce à ce mouvement,  j’ai pris la résolution d’exprimer et confronter mes convictions sur l’évolution de notre société dés qu’une occasion se présente . De par mon métier, l’utilisation des réseaux sociaux comme moyen de communication,  Facebook avec la page Démocratie 2.0 ou Youtube  , s’est imposé comme une évidence.

Élu de ma commune,  j’ai pour la première fois, lors d’un conseil municipal, exprimé publiquement une réflexion sur le système injuste des parrainages pour les présidentielles

Afin que cette intervention ne tombe pas dans l’oubli , je la confie à la mémoire « des internet » par ce billet.

Ça n’a échappé à personne, 2017 sera une année très riche politiquement avec les présidentielles en mai et législative en juin. Je profite de ce lieu de démocratie afin de partager avec vous mes inquiétudes sur les 3 scénarios qui se dessinent pour le 2nd tour des présidentielles relayés par les oracles médiatiques . J’entends d’ici vos pensées qu’en à leurs fiabilités relatives aux sondages qu’ils utilisent pour tirer leurs conclusions comme en témoignent les expériences récentes sur le Brexit, l’élection de D. Trump ou encore de F. Fillon .

Plus que jamais cette élection va avoir de lourdes conséquences. Nous ne pouvons pas occulter un constat basé sur des chiffres officiels d’un organisme indépendant garantie par la loi qu’est l’INSEE. Sur une publication parue en octobre 2016, on peut constater que le chômage est en augmentation depuis 2008. De 7 % à 9 % en 2013, il est maintenant à 10 %, 1 français sur 10. Mon quota de chiffres barbants étant déjà dépassé, je ne reviendrai pas sur les 15 % des français vivant sous le seuil de pauvreté . A qui la faute ? A ces fainéants de Français, aux vautours de la finance ou encore tous ces politiciens corrompus ? Chacun mettra une croix en face de son ou ses choix, je suis conscient que nous n’allons pas refaire le monde ce soir.

La réflexion que je souhaite partager et la question qui va en découler concerne plus particulièrement les modalités mises en place pour déterminer qui sera l’homme ou la femme providentiel qui ramènera l’équilibre dans la société.

Sauf erreur, et je vous invite à me contredire en fin de cette intervention si cela est le cas, notre constitution actuelle, écrite en 1958 ne précise pas les modalités de désignation des candidats . C’est pour cela et en toutes logiques , que l’on appliqua jusqu’en 1962 l’article 1 de la déclaration universelle des droits de l’homme , Article toujours aussi agréable de ré-entendre :

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. »

En octobre 62 donc, afin, d’exclure les candidatures fantaisistes et par effet de bord des candidatures exploitant ce type de suffrage pour exposer des idéologies malsaines, il est inscrit dans la loi , que les personnes désireuses de candidater pour l’élection présidentielle doivent collecter 200 parrainages , objectif revu à la hausse , en juin 76 , fixant à 500 le nombre de signature .

Vous avez devinez , madame et messieurs les maires , la teneur de ma question à venir, et je sollicite quelques secondes supplémentaires de votre attention afin d’insister sur l’importance de la réponse que vous êtes en train de préparer en silence.

Même pavé de bonne attention, ce rajout par la loi de cette règle des parrainages d’élus fut, à mon avis, le début de la divergence entre la définition littérale du terme démocratie et de son fonctionnement réel. En effet, cette sélection des candidats en amont , ajouté à cela la culture d’une politique partisane au détriment d’une politique des idées relaye au second plan l’idée exprimé par l’étymologie du mot Démocratie: Demos , Kratos , Le pouvoir au peuple.

Madame et messieurs les maires, vous détenez désormais ce choix originel , qui fut le notre jusqu’en 1962, celui qui est de donner votre voix à un Français, ayant simplement exprimé son souhaite de briguer cette lourde responsabilité et qui a réussi a vous convaincre par ses arguments .

Madame et messieurs les maires, pouvez vous exprimer ici le choix du candidat que vous soutenez par votre signature en tant que maire et maire délégué. Et partager, avec vos conseiller et publique présents les motivations qui vous on pousser à ce choix dont découlera celui qui sera imposé au peuple en mai prochain .

S’il n’est pas encore fait, pouvez-vous vous engager a le communiquer lors d’un prochain conseil municipal avant le dépôt officiel en mars 2017. Liste consultable publiquement, il est vrai, cependant la présence de votre nom sous un candidat n’a pas les mêmes effets qu’une explication argumenté que je vous propose d’exprimer ce soir.

Merci de votre attention, et je me tourne vers vous, Christine Gérard et Gilbert, pour profiter, par procuration, du plaisir que vous avez du ressentir quand vous avez choisi un français parmi les français qui, selon vous et en toute conscience , pourra incarner la devise de notre république : Liberté, Égalité, Fraternité . Merci.

Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2491592, https://www.insee.fr/fr/statistiques/2512042

Respectant l’objectif d’une gestion apolitique de notre commune, les 3 maires ont indiqué à l’assemblée qu’aucun parrainage n’a été signé, à ce jour.